Le sketchnoting est un mode d’écriture basé sur le dessin et l’usage de divers outils graphiques, comme les polices de caractère par exemple.

C’est une méthode de communication : on peut parler en dessinant.

C’est aussi une méthode de prise de note visuelle : écouter et dessiner pour résumer ce qui est dit.

Le sketchnoting intègre divers éléments visuels :

  • des dessins simples, très souvent créés à partir de formes élémentaires telles que carrés, cercles, rectangles et triangles ; en combinant ces formes, on peut dessiner simplement énormément de choses
  • des schémas, tels que des séparateurs par exemple, et des flèches, elles aussi de formes diverses
  • des caractères d’écriture que l’on choisira en fonction du « niveau » de communication écrite : titre, sous-titre, paragraphe, etc à l’instar des traitements de textes usuels
  • des icônes, standards ou créées pour l’occasion

Quoiqu’il soit possible de recourir aux technologies (tablettes graphiques et stylets), le sketchnoting est tout aussi efficace avec du papier ( feuilles sur table ou paperboard) et des crayons feutres.

Nul besoin de savoir dessiner pour « sketchnoter », il suffit, comme indiqué plus haut, de partir de formes simples à enrichir en fonction de sa créativité.

Les objectifs du sketchnoting :

  • utiliser la « pensée visuelle » pour stimuler créativité et réflexion
  • capter l’attention : attention de ceux qui écoutent en regardant les dessins, attention lors de la prise de note en dessinant
  • favoriser concentration et mémorisation ; la prise de note en dessinant pousse à la formalisation et à la synthèse en images et schémas, elle est donc très efficace pour la mémorisation
  • promouvoir un message, le rendre plus attrayant

Au total, le sketchnoting, ou « prise de notes visuelles », constitue un excellent moyen de communication et d’apprentissage. Il se révèle efficace dans nombre de situations (formation, travail scolaire,..) en recourant à des techniques simples et économiques.

[source schéma : https://www.recitarts.ca]